Faut-il laisser les NEMS aux chinois?

10 mai 2013

Les MEMS (micro-electromechanical systems ou microsystèmes électromécaniques) sont depuis peu passés de la science fiction aux cartouches d'encres. Ils détectent aussi les mouvement des iPhones. Ces dispositifs dont la technologie est une conséquence de la façon de faire des processeurs, fabriqueront peut-être un jour prochain des médicaments dont nous téléchargerons la recette sur internet. De la même manière qu'ils sont le fruit de la photogravure des circuits imprimés, leurs descendants, les NEMS (nano-electromechanical systems), mille fois plus petits, sont la conséquence de la démocratisation des microscopes à effets tunnel. Ils rendent possible l'utilisation d'effets quantiques (Mouvement de point zéro ou oscillateurs harmoniques), mais également des propriétés qui font la vie, telles que l'auto-assemblage. En nuée communicante, ils formeraient une "poussière intelligente". En fait,l'équivalent des NEMS dans la nature, ce serait les virus, ces mystérieuses entités à peine vivantes. Souhaitons leur d'être des phages bénéfiques plutôt que des virus mortels.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.