Que soignent les consultants en créativité?

14 nov. 2013
Il existe plus de 150 méthodes destinées à booster ou à faire apparaître notre créativité. Autant de chapelles et de points de vue sur ce qui reste largement mystérieux: Comment vient une bonne idée, au bon moment?

En fait, généralement pas dans l'ordre généré par une méthode. C'est plutôt dans une forme de chaos, voir d'échec, que naissent les plus grands succès technologiques, de Tesla aux post-it, et on trouve fort peu de ces méthodes dans la genèse des inventions géniales. Alors est-ce que les méthodes de créativité sont comme les lotions supposées refaire la mèche aux chauves? Ou bien, comme les onguents du charlatan, le préalable d'y croire est-il la condition pour en voir les effets? J'ai travaillé sur une synthèse comparée des méthodes. Je l'ai partiellement publiée mais je voulais ici vous livrer quelques observations, une sorte de petit bestiaire des méthodes de créativité et d'innovation:

D'abord, le mot même est récent. Pour Platon et jusqu'à la Renaissance, créer veut dire imiter. La Création est l'oeuvre unique et réservée de Dieu. Il fut adopté par l'Académie Française en 1971, après un âpre débat entre le préfaceur des oeuvres de Osborn sur le Brainstorming et les académiciens qui trouvaient la notion creuse et passagère. Osborn donc, fut le premier à proposer le célèbre brainstorming, suivi des linguistes avec TRIZ,SIT, et aujourd'hui des managers avec CK. Ainsi, pour résumer et caricaturer l'histoire des méthodes de créativité, on peut définir trois périodes:
  • Celle des psychologues, qui pensent que l'on n'est pas créatif parce qu'on est asocial. Ils suffit donc de nous mettre en groupe pour que tout s'arrange... Sauf que beaucoup de génie eurent seuls leurs idées, et, même s'il furent inspirés, ce n'est généralement pas dans un groupe social qu'ils y ont pensé.
  • Celle des linguistes, qui pensent que si l'on n'est pas créatif, c'est parce qu'on parle mal. Leur méthode consiste à nous abstraire du jargon pour nous obliger à formuler les problèmes dans un langage plus à même de permettre l'émergence des idées. Là aussi, on garde le travail en groupe, sans trop insister, mais on libère l'esprit en l'enfermant dans des règles, au point que la base de la formulation du problème est en soi une limitation ("résultat idéal final" ou "monde clos"). Comme la première, cette méthode produit des résultats et néglige moins la matière première humaine et sa qualité ou son incompétence. Elle se focalise sur l'action mais enferme dans un référentiel.
  • Celle des managers, plus récente, qui pensent que si on n'est pas créatif, c'est parce qu'on ne gère pas bien la créativité. La méthode est devenue théorie (appelée Concept/Knowledge) et permet au manager de dialoguer avec ce qui reste des équipes techniques largement laminées par les réorganisations et les re-engineerings. Là aussi, des résultats, et aussi une bonne intention: créer les conditions de la création.
Si on suit l'évolution de l'économie occidentale, la phase qui suit les managers est généralement celle des financiers. Va-t-on bientôt avoir des méthodes de créativité promues par les financiers? (désolé, je viens de me rendre compte que les subprimes étaient très inventives).

Il me semble que finalement, si je rapproche mes notes sur la Renaissance et l'émergence de la créativité, il semblerait que le cocktail ne soit pas aussi méthodique. On y trouve : Un saint François qui autorise le dessin des formes vivantes au XIIIème, suivi par des expériences à foison, des essais, des prototypes, des compilations de dessins, des validations de perspectives par Bruneleschi devant le baptistère de Florence, une peste noire qui donne goût à la vie, une invention (l'imprimerie) qui permet le hacking de la connaissance, et un certain retard à l'allumage des conservateurs (qui ne lanceront que trois siècles trop tard leur inquisition). Mais le coeur du cocktail, c'est la démarche expérimentale, le dessin, la preuve de concept. La créativité n'est pas la démarche éthérée des méthodes, elle est un très grand atelier en désordre dans lequel il y a de la place pour elles mais encore plus pour des plans et les expériences. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.